Avec le concours de

et avec la participation de

En introduction de cette quatrième journée, Malte Martin, graphiste, a exposé l’art du graphisme et a proposé aux jeunes une initiation à cette pratique artistique, toujours en lien avec « Les portes du temps ». Ensuite, deux groupes se sont constitués : l’un avec l’écrivain Marie-Florence Ehret, l’autre avec Malte Martin. Avec ce dernier, les participants ont effectué un travail autour du portrait. Avec Marie-Florence Ehret, chacun a pu avancer un peu plus sur les chemins de l’écrit. La journée s’est déroulée en présence de Mireille Jacquesson, réalisatrice et de Nicolas Bachet, Chargé de mission, DRJSCS de Champagne-Ardenne. Nous vous communiquons ici quelques illustrations relatives aux différentes réalisations de la journée ainsi que les textes écrits par les participants :

 

Je l’ai rencontré aux Silos. Il m’a dit qu’il était né en mille neuf cent trente et qu’il vivait dans la poussière, dans le bruit et qu’il avait aussi survécu à la guerre. Il était pressé qu’elle se finisse.

Il ne voulait plus non plus recueillir les grains, il y en avait trop m’a-t-il dit.

– Quels grains ? Ai-je demandé.

– Les grains, les céréales, le blé, m’a-t-il répondu,  avant, j’étais un vrai silo, un silo à grains.

Il soutenait tout le grand bâtiment où habitaient les grains, mais aujourd’hui, il est le plus heureux, car il soutient une médiathèque. On l’a repeint et maintenant, oui, c’est le plus heureux des poteaux.

Maëdine

Je me balade au troisième étage de la médiathèque et je m’assois pour lire un livre. Tout à coup, j’entends une voix me parler : c’est le pouf en forme de serpent. Je l’écoute. Il me dit que, depuis que cette grande médiathèque est construite, il y habite pour que les enfants posent leurs fesses sur lui. Il me dit aussi qu’il commence à en avoir marre, qu’il est usé, les enfants lui sautent dessus et il est heureux la nuit lorsqu’il n’y a plus personne.

Khénan

Je ne m’attendais pas à voir un dauphin dans la médiathèque. Je suis allée avec lui en me tenant à sa nageoire. On a pris un livre au hasard puis on l’a lu chacun son tour. Je commence à lire quand, tout à coup, la petite sirène arrive vers nous. Elle nous demande ce qu’on lit. Je lui dis : « Un livre qui parle de l’histoire des Silos ».

Brenda

Le papillon

Marchant tranquillement dans les Silos, j’aperçois ce petit papillon qui me donne un sourire particulier. Je le vois approcher les enfants et leurs parents et je trouve ça merveilleux. Je décide de l’observer en prenant un livre et je me pose dans un fauteuil. Il arrive vers moi, il se pose sur la page ouverte. J’ai l’impression qu’il me fait passer un message. Je le trouve joyeux mais triste à la fois. Je me dis que si la parole existait, l’animal pourrait me faire partager ses joies et ses peines. Il repart prendre son envol en passant par une fenêtre de la médiathèque.

Sandrine

Je décide de me rendre aux Silos afin de lire quelques livres qui, j’espère, vont me transporter à travers le temps, quand soudain, une charmante voix m’interpelle : « Je suis là ! » me dit-elle, « Je suis là ! » répète-t-elle. « Où ? » lui dis-je, quand, par chance, je l’aperçois, assise là, petite araignée, m’attendant paisiblement pour me conter l’histoire de sa vie dans ces lieux.

Mohamed

Je suis à la médiathèque, quand soudain, je rencontre un louveteau : il me regarde tristement et dit :

– Bonjour, je suis un petit louveteau qui n’a plus de famille. Je vis dans ce bâtiment que l’on nomme les Silos. Qu’est-ce que c’est au juste ?

– Un bâtiment de découverte avec une multitude de livres, des histoires que l’on peut raconter ou imaginer.

– Je peux sentir, voir et entendre toutes sortes de bruit dans ce bâtiment. Je pourrais devenir le compagnon de l’homme, mais je vais grandir trop vite.  Je suis un prédateur qui cherche son chemin dans ce monde froid et immense. Je souhaite rencontrer une amie car je suis prisonnier dans ce nid d’acier. Je souhaite devenir ton amie pour écrire ma vie. Mais je ne suis qu’une couverture de livre…

Il avait l’air si triste, alors je lui ai proposé :

– Si je te présentais d’autres livres, peut-être découvrirais-tu des amis ?

Marie-Aline

J’arrive au troisième étage de la médiathèque, je passe devant un aquarium et là, un poisson orange avec des rayures blanches m’interpelle et me dit qu’il en a marre d’être ici car beaucoup de monde passe à côté de lui et qu’il a peur des humains, alors il se cache dans son bateau, et il se sent enfermé. J’ai le don de parler aux animaux. Je le rassure : « N’aie pas peur, petit poisson, personne ne te fera aucun mal ». Il me dit qu’en me voyant arriver, il m’a regardé, il a senti que j’étais quelqu’un qui pourrait l’aider. Après notre conversation, il a réussi à sortir de son bateau et désormais il nage librement dans son aquarium. Il me dit que, grâce à moi, il a moins peur des gens. Il peut enfin vivre tranquillement et finir sa vie à la médiathèque.

Jason Brückmann

Sur une étagère de la médiathèque, je remarque une jeune fille. Elle a un visage si jeune et si triste à la fois, que je tombe sous son charme. Elle paraît tendre, adorable :

– Je m’appelle Mary tempête. Veux-tu venir avec moi ?

Elle cherche l’aventure, cela se voit dans son regard un peu froid. –  Où veux-tu partir ?

Ses yeux se mettent à briller.

–  Viens avec moi, tu verras !

Elle m’entraîna dans son aventure avec elle, si merveilleuse. On a voyagé en bateau avec des pirates qui n’étaient pas très aimables. On était toutes les deux sur un petit nuage, on rigolait bien, on plongeait dans la mer pour nager.

– Depuis le temps que je voulais voyager ! Avec toi, je peux le faire enfin !

– Oh, mais de rien ! Grâce à toi, je me sens pousser des ailes !

– Cela est très rare que je rencontre une fille aussi sympa. Tu es la première qui m’a regardée et qui a posé les yeux sur moi. Je vois des étoiles tellement je suis bien contente de te connaître.

– Euh ! Je ne sais trop quoi te dire et merci. Je vais te laisser terminer ton aventure seule car je vais devoir partir retourner sur terre. Au revoir Mary.

– Cela était une belle aventure. Au revoir, merci encore !

Le soir est tombé dans la médiathèque, j’ai l’impression de revenir d’un grand, très grand voyage !

Lindsay

J’ai rencontré un petit garçon. Il avait une drôle de tête, des gros yeux, une grande bouche, un petit nez et des cheveux courts en bataille sur la tête. Je le trouvais bizarre. Il m’a raconté son histoire. Depuis que la médiathèque est construite, il y habite.

Il adore quand les enfants lisent l’histoire de sa famille.

Aujourd’hui, il est très heureux car de plus en plus d’enfants lisent son histoire.

Zakaria

J’écoutais de la musique à la médiathèque et tout à coup j’ai entendu une petite voix m’appeler. Je me suis retourné et j’ai trouvé Bart. Il a commencé à me raconter toutes les conneries qu’il faisait aux Silos. Il abîmait tous les livres qu’il trouvait. La nuit il courait entre les étagères et il s’amusait à monter et descendre dans l’ascenseur. Si seulement je parvenais à rester, moi aussi, toute une nuit à la médiathèque !

Zakaria

Un jour de mauvais temps, je viens à la médiathèque pour y trouver un livre intéressant. Et là, je le vois, il me regardait avec un air méchant mais il ne me faisait pas peur. Je l’ai suivi et je l’ai vu sur un nuage volant qui pleurait parce que son ennemi principal venait d’anéantir sa planète. Il a toujours les cheveux en bataille pendant ses combats. Il me dit qu’il adore quand on ouvre son livre, il aime regarder le monde extérieur. Son pire cauchemar, ce serait que sa famille soit torturée ou ses amis. Son plus beau rêve serait de devenir une étoile. Le soir, il sort parler avec d’autres personnages de la médiathèque, il adore écouter et regarder l’aquarium, des fois il plonge dedans pour nager. Il m’a montré aussi qu’il pouvait changer de couleur de cheveux. Il m’a raconté tout ça, mais il y a des choses que je ne crois pas.

Joscelyn

Posé sur une étagère à l’étage jeunesse, il me regardait avec ses yeux en forme de boutons. Il m’a dit que tout le monde le considérait comme un monstre, car il était habillé en chaussettes. Il m’a demandé ensuite si je pouvais l’aider. Je lui ai répondu : « Oui, si tu veux. Je vais t’habiller comme un humain, comme cela tu ne seras pas différent des autres. »

Aujourd’hui, on le regarde comme un humain ordinaire, donc il est heureux.

Honorine

Au fil des mots

 Un professeur m’a donné une affiche. J’ai rencontré un livre, c’était très bien.

Je suis sortie avec mes amis, on est parti au cinéma. J’ai découvert le vertige, je n’aime pas ça.

Je me rappelle ma maison en Tchétchénie. J’aime ma famille. J’aimais ma maison.

Aujourd’hui, je visite la maison des livres.

Ayat

 

Belle affiche affichée

Il y a plein de livres déçus

J’ai fait une merveilleuse rencontre

C’est mon nouvel ami

J’ai découvert que j’avais le vertige

Plein de souvenirs resurgissent dans ma tête

Ce sont des souvenirs d’amour passés à la maison

Un sentiment de tristesse me vient

Aujourd’hui je visite les Silos de Chaumont

Grande médiathèque

Julian

J’ai vu l’affiche du concert de Zaho à St Dizier

Ce livre est chouette

Le quatorze février deux mille douze, j’ai fait la plus belle rencontre de ma vie

Mon amie est super

j’ai découvert que j’avais le vertige

Je me souviendrai toujours de notre rencontre

Je suis amoureuse

Quelle belle maison

J’ai le sentiment d’être abandonnée

J’ai envie d’aller rendre visite à mon homme.

Carolyn

Je regarde l’affiche du cirque, puis je prends mon livre en attendant la rencontre avec mes amis, en rêvant de découvrir la Russie qui me donne le vertige. J’adore me rappeler les souvenirs de ces beaux paysages. Mais là, je n’aime pas écrire en français, je préférerais être à la maison, avec ce sentiment de sécurité et avoir la visite de mes voisins.

Hasmik

Aux Silos, je peux voir des affiches

J’aime découvrir de nouveaux livres

Je fais plein de rencontres

Je peux venir visiter les Silos avec mes amis

Je découvre tellement plein de choses que j’en ai le vertige

Je garde un souvenir de cette semaine

J’aime les livres et découvrir

On appelle ça la maison du livre

J’ai le sentiment de partager de la joie avec les autres quand j’ai visité les Silos et que j’ai vu tous les livres.

Romik

Le Festival de l’affiche

Aux Silos, on lit des livres

On rencontre des histoires dans les Silos

On voit des amis dans les Silos

On découvre des personnes

Vertige dans les Silos quand je monte dans l’ascenseur

Je me souviens d’un livre

Je suis amoureux des livres

Je ne connais pas les sentiments

J’ai visité les Silos il y a quatre jours.

Philippe

J’ai remarqué une affiche aux Silos

J’ai lu et admiré un livre

J’ai rencontré l’illustrateur du petit poilu

J’ai fait découvrir les Silos à mes amis

J’aime la chaleur que m’apporte la lecture

La hauteur des silos me donne le vertige

Je me souviens de mon premier livre aux Silos

D’ailleurs, je suis amoureux de la lecture, de la poésie

Les Silos sont ma deuxième maison, là où je peux lire paisiblement et approfondir mes connaissances

Quand je lis, j’ai le sentiment d’être ailleurs. Je suis dans un autre monde

Je visite le paysage chaumontais du haut du quatrième étage des Silos.

Viny

 

Afficher des prénoms aux Silos devant des millions de gens

Lire des livres au calme et dans la bonne humeur

Rencontrer des personnes

Aller avec des amis

Découvrir des choses dans les livres

Hier, quand j’étais aux Silos au troisième étage, j’ai eu le vertige

J’en garde de bons souvenirs de quand j’étais petite

J’ai regardé des livres qui parlaient d’amour

La maison des livres historiques et de tous les goûts

J’ai eu un sentiment de déjà vu quand j’ai regardé les Silos

Visiter les Silos avec des amis et la famille

Jessica

Categories: Non classé

Posté par

Laisser un commentaire

You must be Connexion Poster un commentaire.