Avec le concours de

et avec la participation de

 

Cette deuxième journée s’est déroulée en présence de l’écrivain Marie-Florence Ehret et de Nilton Almeida, Chargé de mission « Les portes du temps », Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
♦♦♦

Dans les livres dorment des mots, des phrases prêtes à être réveillées comme la Belle au Bois Dormant par le charme d’un baiser. Ecrire, une façon d’embrasser celle qui dort… C’est en cueillant au hasard une phrase dans un livre que nos jeunes participants ont écrit ces quelques lignes… Si les grains de blé poussent dans les champs, la parole pousse dans les yeux du lecteur…

La France serait veuve sans ses livres, sans ses histoires, sans ses hommes et femmes écrivains. Elle n’aurait pas de traces de sa naissance.

Julian

Un garçon vêtu de noir arrive devant les Silos à Chaumont. Il regarde un peu partout, de haut en bas. Il est impressionné car il ne s’imaginait pas que ce serait aussi grand et se trouve tout petit en entrant dedans. Il va retrouver ses amis pour ensuite aller au troisième étage en prenant l’ascenseur. Arrivé au troisième étage, il est content parce qu’il adore les livres. Ses amis sont contents aussi car ils savent qu’il adore lire. C’est pour cela qu’ils l’ont amené ici, dans ce paysage revivifiant.

Lindsay

  

Mon ami Lucas est en compagnie de deux types et d’une fille, Angélique, un nom qui lui va comme un gant, grande, mignonne et blonde, la fille qui fait rêver. Mais elle quitte ses amis pour entrer dans la médiathèque. Je la suis dans la médiathèque pour l’interpeller et lui parler. J’ai envie d’apprendre à la connaître et de partager des moments de lecture en sa compagnie.

Viny

  

David attendait ses amis dans le parc. Ils sont arrivés et ils ont joué au badminton. Quand David est rentré à la maison, sa mère lui a dit : « Pourquoi es-tu parti pendant deux heures ? ». David lui a répondu : « J’étais dans le parc à côté des Silos ».

– Et tu n’y es pas entré ? a demandé sa mère.

– Non, pourquoi ?

Hasmik

 

La cuisine à l’ancienne (en hommage à la Comtesse de Ségur)

Sophie : Mère, allons aux champs prendre des pommes de terre à faire pour le souper.

Madame de Réan : Bon, allons aux champs. Prenez votre chapeau, vous risqueriez d’avoir mal à la tête avec ce soleil et cette chaleur.

Sophie : Oh ! Maman, ma très chère maman, ce chapeau me gêne, le vent l’emporte !

Madame de Réan : Prenez-le ! On va aux champs.

Sophie : Bien mère.

Aux champs

Madame de Réan : Sophie, essayez de mettre les grosses pommes de terre avec les grosses et les petites avec les petites.

Sophie : Oui mère.

Retour au château

Madame de Réan : Sophie, venez manger. Le souper est servi.

Sophie : Oui mère, j’arrive. Qu’avez-vous donc préparé de si bon ?

Madame de Réan : Des pommes de terre en soupe confites à la figue et au petit coq.

Sophie : Ba, dis donc, c’est vraiment pas bon ! Je veux autre chose.

Madame de Réan : Vous êtes si difficile que rien ne vous semble bon !

Sophie

Si certains ont l’expérience de l’armée, beaucoup n’ont jamais tenu un fusil de leur vie.

Si certains ont l’expérience d’en tenir un, beaucoup ne s’en sont jamais servi.

Si certains ont l’expérience de s’en servir, beaucoup n’ont jamais été sur un combat réel.

Si certains ont l’expérience d’être sur un combat réel, alors ils ont l’art de se servir d’un fusil.

S’ils ont l’art de se servir d’un fusil, alors ils ne ratent pas souvent leur cible.

On ne naît pas soldat, on le devient !

Mais ce n’est pas aux Silos que l’on se servira d’un fusil d’assaut.

Jason

Je représente la tradition

Dans une pièce sombre et originale

Près des Silos de Chaumont

Proche de sentiments éloignés

Noyée de souvenirs

Je garde ma tristesse

Je reste moi-même

Toujours la tête levée

Je suis immuable

Sandrine

Je préfère me balader. Je ne veux pas être enfermé dans les Silos.

Philippe

« Quand deux personnes ne s’aiment plus, il vaut mieux qu’elles se séparent. » Pourquoi suis-je tombé sur cette phrase que je n’ai pas aimée en ouvrant un livre aux Silos à Chaumont ?

Mehdi

Ange est presque endormie contre le portail quand l’homme sort à nouveau de la forêt, les mains vides. Dans la forêt, il y avait des animaux qui lui couraient après. Dans les bras de l’homme, il y avait du bois. Mais, comme il avait été poursuivi par les animaux, tout le bois était tombé par terre. Il est revenu aux Silos de Chaumont sans rien et Ange s’est endormie contre le portail.

Brenda

Les portes du temps

Nous n’avons plus le temps.

Nous allons à Chaumont.

On va prendre le pont.

De tout livre, il faut augmenter sa vie.

Je grandis et je souris.

J’ai découvert la pluie.

Nous allons à Chaumont.

Nous sommes aux Silos pour découvrir un autre monde.

Marie-Aline

L’enfant ne se lassait pas de regarder par la fenêtre des Silos. Il regardait un clown parce qu’il aime les clowns : ils sont rigolos.

Ayat

« Trouve le chemin et sauve-toi ! » me dit Romik. J’entre à la médiathèque « Les Silos ». C’est très calme. Sérénité.

Romik

Categories: Non classé

Posté par

Laisser un commentaire

You must be Connexion Poster un commentaire.